« Quand la vie est un jouet. »
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Parrish

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arrenza Toyce
    I'm The Queen

avatar

Nombre de messages : 80
Age : 23
Date d'inscription : 15/06/2008

{.Starilicious*
*.Popularité:
89/100  (89/100)
*.Affinités :
*.Une déclaration ?:

MessageSujet: Parrish   Mar 29 Mai - 0:44

prénom prénom² nom de famille
« CITATION CITATION CITATION »
NOM ϟ ici; PRÉNOMS ϟ ici; SURNOMS ϟ ici; AGE ϟ ici; DATE ET LIEU DE NAISSANCE ϟ ici; NATIONALITÉ ET ORIGINES ϟ ici; SITUATION AMOUREUSE ϟ ici; PROFESSION ϟ ici; ORIENTATION SEXUELLE ϟ ici; PARTICULARITÉ ϟ ici (tatouage, manie, cicatrice ...); AVATAR ϟ ici; GROUPE ϟ ici
PRENOM ϟ ici; PSEUDO ϟ ici; PAYS ϟ ici; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ϟ ici; COMMENT TROUVE-TU LE DESIGN ϟ ici; INVENTÉ OU SCENARIO ϟ ici et précisez le scéna de qui; PRÉSENCE SUR LE FORUM ϟ ici; CODE DU RÈGLEMENT ϟ ici



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrenza Toyce
    I'm The Queen

avatar

Nombre de messages : 80
Age : 23
Date d'inscription : 15/06/2008

{.Starilicious*
*.Popularité:
89/100  (89/100)
*.Affinités :
*.Une déclaration ?:

MessageSujet: Re: Parrish   Mar 29 Mai - 1:02

Nahyl Dëyan Webster
« LIFE IS EASIER THAN YOU'D THINK. ALL THAT IS NECESSARY IS TO ACCEPT THE IMPOSSIBLE, DO WITHOUT THE INDISPENSABLE, AND BEAR THE INTOLERABLE. »
NOM ϟ Webster; PRÉNOMS ϟ Nahyl Dëyan; SURNOMS ϟ Nini, Nynyl; AGE ϟ 19 ans; DATE ET LIEU DE NAISSANCE ϟ le 3 septembre 1992 à Los Angeles; NATIONALITÉ ET ORIGINES ϟ Américain d'origines Brésilienne et Allemande; SITUATION AMOUREUSE ϟ Célibataire; PROFESSION ϟ Étudiant en psychologie et Poète à ses heures perdues; ORIENTATION SEXUELLE ϟ Hétérosexuel à 500%; PARTICULARITÉ ϟ a de nombreuses cicatrices aux poignets, jambes et dos, souvent reliées à des auto-mutilations; AVATAR ϟ Hunter Parrish; GROUPE ϟ Les Misérables Chocolatés
PRÉNOM ϟ Inès; PSEUDO ϟ Dina; PAYS ϟ FRANCE; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ϟ New York Dream School ;); COMMENT TROUVE-TU LE DESIGN ϟ Vraiment sublime, chapeau!; INVENTÉ OU SCENARIO ϟ Inventé :) ; PRÉSENCE SUR LE FORUM ϟ 3jours/7; CODE DU RÈGLEMENT ϟ viens croquer dans l'un de nos délicieux macarons ils sont terriblement bons!





Dernière édition par Arrenza Toyce le Sam 2 Juin - 23:22, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrenza Toyce
    I'm The Queen

avatar

Nombre de messages : 80
Age : 23
Date d'inscription : 15/06/2008

{.Starilicious*
*.Popularité:
89/100  (89/100)
*.Affinités :
*.Une déclaration ?:

MessageSujet: Re: Parrish   Mer 30 Mai - 0:19

once upon a time ...

Chapter one ﬡ Just say goodbye. Look in my eyes so that I always will remember. Frozen in time, always be mine. I'll be over here, you'll be over there I'ma shed a tear but I really don't care. Frozen in time, always be mine. You'll be young forever. ҩ
Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ


Mr. Blue Sky by Electric Light Orchestra


« Qu'est-ce que tu fais ? »
Le jeune garçon leva les yeux de son ouvrage, et les jetèrent en plein de ceux de la petite fille, qui avait un visage agréable à regarder. Elle n'était pourtant pas d'une beauté fatale ; mais un sentiment nous emparait quand on contemplait son faciès. C'était comme si toute sa gentillesse, son honnêteté, le bien que cette fille représentait, se reflétaient sur son visage, lui apportant une lueur douce et claire qu'on ne pouvait voir ailleurs. Cette lueur, le petit garçon la remarqua bien, puisqu'il mit du temps à détacher son regard du visage de la fille, il avait presque oublié ce qu'elle venait de lui demander. Ce n'est qu'après avoir entendu un cri poussé par un enfant qui jouait également dans le parc à ce moment là, que le petit garçon reprit ses esprits.
« Je lis. »
Le jeune garçon reprit calmement sa lecture, et la fille, quant à elle, fut poussée par une curiosité enfantine et se mit elle aussi à lire son ouvrage. Elle avait à peine 5 ans, et n'avait pas eu encore la chance d'apprendre à lire. Mais cela ne l'empêcha pas de mimer la chose, car au fond d'elle, au plus profond de son cœur, elle ressentait une espèce d'admiration envers le petit garçon, et son occupation. Lui, en revanche, faisait partie de ces enfants chanceux qui savent lire depuis leur plus jeune âge.
Et ils étaient là, assis sur le banc, tranquillement, paisiblement, chacun vacant à l'occupation qu'il aimait ; l'un consistait à lire, pour l'autre, à admirer le talent de l'autre. Et ils restèrent plantés là, comme touchés par un bonheur que seul eux pouvaient trouver, comprendre, et apprécier.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑


........



๑ ๑ ๑ ๑ ๑



J'adorai passer mes journées à lire étant petit. La soif de savoir et de connaissances me poussait sans cesse vers de nouveaux lires et œuvres à lire, à déguster. J'étais en permanence motivé par le commencement d'un nouveau roman, fantastique ou policier ; ou intéressé par les études de grands scientifiques, philosophes ou écrivains. On appelle maintenant cette excitation, une passion. J'étais clairement un passionné des livres, et le suis toujours maintenant. J'aime la langue, qu'elle soit écrite ou imagée, car il faut le dire, je n'ai pas commencer à lire dès ma naissance. Mes parents ont d'abord commencé à me montrer des albums, des dessins, et me racontaient des histoires autour de simples images. C'est en partie grâce à eux, et à ces images que je me suis forgé tout un univers à moi, un univers où mon imagination était auteur de tout ce qui y vit.





Chapter two ﬡ L'amitié n'est pas nécessaire en soit, comme la philosophie, comme l'art ... Cela n'a pas de valeur ; et pourtant, c'est l'une des choses qui donne la peine de survivre. Elle t'ouvre une porte qui jamais, peut être, ne sera ouverte par quelqu'un d'autre. Un ami est un être qui t'aime même même s'il te détestait dans d'autres endroits de son cœur. ҩ
Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ



Friends are those rare people who ask how you are and then wait for the answer.


9 ans

Un jour, je l'ai rencontré. Lui. Le meilleur ami que je n'ai jamais eu ; celui que je n'aurai jamais plus. Nous étions jeunes, oui, de pauvres gamins sans défense, et pourtant, notre relation était bien meilleure que celle d'une multitude d'adultes. Nous ne connaissions pas la définition de l'amitié; nous l'étions.
Comme à mon habitude, j'étais assis sur le banc, au parc le plus proche de chez moi. J'avais à l'époque seulement dix ans, mais avais facilement 20 ans d'âge mental. J'étais ce que l'on appelle un surdoué, j'avais un QI supérieur à la normal, surtout à mon âge. Mais je n'y faisais pas attention, et quand on m'avait annoncé la chose, je n'avais pas changé mes habitudes. C'est pourquoi, je suis revenu sur ce banc, dans ce parc, avec ce livre. Je le connaissais sans doute par cœur à force, mais je ne m'en lassai pas, et je ne comptais pas m'en lasser. A peine avait-je entamé pour la énième fois le premier chapitre du livre, qu'un garçon, noir de peau, vint s'asseoir à mes côtés et m'adressa la parole
« Salut. Je m'appelle Asher. Tu t'appelles comment ? »
Bien que ce n'était pas dans mes habitudes de parler à des inconnus, même quand ceux-ci avaient mon âge, je répondis d'une manière assez naturelle et surprenante, puisque ma réponse fut directe.
« Bonjour. Moi, c'est Nahyl Dayan
— C'est bizarre comme prénom !
— Je sais, mais bon, je suis pas très normal non plus tu sais.
— Ah bon pourquoi ? Tu es comme moi, tu as une bouche, deux yeux, deux oreilles ...
— Non mais pas physiquement. Je veux dire dans ma tête. La dedans, je suis différent.
— Ah ... Et c'est bien ? Tu aimes ça ?
Je me tus quelques instants. Si j'aimais ça, être différent ? Je ne m'étais jamais posé la question, et personne auparavant ne me l'avait posée. Je pris un moment pour réfléchir, faisant des allers retours entre mon livre et le petit garçon noir, enfin, Asher. Je ne savais trop quoi répondre.
— Bah ... Pas vraiment. Mais j'y peux rien, malheureusement. »
— Ça doit être triste quand même ... Enfin bon, moi je ne vois rien. Et tant que je vois rien, et bien je m'en fiche. Allez, viens jouer Nahyl ! »
Il me tendit sa main droite ; la gauche tenant un ballon de football. Il voulait que je vienne jouer avec lui ? Personne ne m'avait proposé cela avant. Personne, Asher était le premier. J'eus un moment d'hésitation, le temps de bien réaliser à quel point ce garçon était si différent de moi, physiquement, mais qu'au fond, il était le meilleur petit garçon que je n'avais jamais rencontré. Humainement parlant. Et ça, ça valait bien tous les livres du monde.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑


ϟ Écris à l'encre noir séchée, voilà les seuls mots qu'il me reste de toi. Ils ne sont pas de ton imagination ; tu n'en es pas le créateur, et pourtant, à chaque lecture de ce passage, je le lis comme si c'était toi qui avait écris ces mots. Je le lis comme si tu m'écoutais, comme si tu étais près de moi, comme si nous étions heureux ensemble. Tu t'en souviens, je m'en souviens, et le monde s'en souviendra. Crois moi, je ferai tout pour que ces mots restent dans leur mémoire ; je ferai tout pour qu'ils ne t'oublient pas. Pourquoi ? Car je ne veux pas être le seul à souffrir de ton absence ; car je suis incapable de vivre en étant le seul à t'aimer comme tu dois l'être. ϟ



— Ah ! je me réveille à peine... Je vous demande pardon... Je suis encore toute décoiffée...
Le petit prince, alors, ne put contenir son admiration.
— Que vous êtes belle !
— N'est-ce pas, répondit doucement la fleur. Et je suis née en même temps que le soleil ...
Le petit prince devina bien qu'elle n'était pas trop modeste, mais elle était si émouvante !
— C'est l'heure, je crois, du petit déjeuner, avait-elle bientôt ajouté, auriez-vous la bonté de penser à moi...
Et le petit prince, tout confus, ayant été chercher un arrosoir d'eau fraîche, avait servi la fleur. Ainsi l'avait-elle bien vite tourmenté par sa
vanité un peu ombrageuse. Un jour, par exemple, parlant de ses quatre épines, elle avait dit au petit prince :
— Ils peuvent venir, les tigres, avec leurs griffes !
— Il n'y a pas de tigres sur ma planète, avait objecté le petit prince, et puis les tigres ne mangent pas l'herbe.
— Je ne suis pas une herbe, avait doucement répondu la fleur.
— Pardonnez-moi...
— Je ne crains rien des tigres, mais j'ai horreur des courants d'air. Vous n'auriez pas un paravent ?
« Horreur des courants d'air... ce n'est pas de chance, pour une plante, avait remarqué le petit prince. Cette fleur est bien compliquée... »
— Le soir vous me mettrez sous globe. Il fait très froid chez vous. C'est mal installé. Là d'où je viens ...
|...] elle avait toussé deux ou trois fois, pour mettre le petit prince dans son tort :
— Ce paravent ?...
— J'allais le chercher mais vous me parliez !
Alors elle avait forcé sa toux pour lui infliger quand même des remords.
Ainsi le petit prince, malgré la bonne volonté de son amour, avait vite douté d'elle.
[...]
— Adieu, dit-il à la fleur. Mais elle ne lui répondit pas.
— Adieu, répéta-t-il.
La fleur toussa. Mais ce n'était pas à cause de son rhume.
— J'ai été sotte, lui dit-elle enfin. Je te demande pardon. Tâche d'être heureux.
Il fut surpris par l'absence de reproches. Il restait là tout déconcerté, le globe en l'air. Il ne comprenait pas cette douceur calme.
— Mais oui, je t'aime, lui dit la fleur. Tu n'en as rien su, par ma faute. Cela n'a aucune importance. Mais tu as été aussi sot que moi. Tâche d'être heureux... Laisse ce globe tranquille. Je n'en veux plus.
— [...] Sinon qui me rendra visite ? Tu seras loin, toi. Quant aux grosses bêtes, je ne crains rien. J'ai mes griffes.
Et elle montrait naïvement ses quatre épines. Puis elle ajouta :
— Ne traîne pas comme ça, c'est agaçant. Tu as décidé de partir. Va-t'en.





Chapter three ﬡ I was runnin' into walls, wondering where I went wrong, headed for a fall, and flirting with the world too long. When love turned the tide, what was wrong has now turned out right. Everything is changed around. Things are looking different now. I'm losin' my mind ... ҩ
Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ




J'ai toujours été un garçon différent des autres ; et ceux pour de nombreuses raisons. J'étais le seul à rentrer chez lui juste après les cours pour terminer en vitesse mes devoirs afin de ressortir juste après, j'étais le seul à se réveiller très tôt le matin et faire un peu d'exercice pour être en forme le restant de la journée, j'étais le seul à prendre du plaisir à lire les œuvres intégrales étudiées en classe, j'étais le seul prêt à payer pour des cours supplémentaires afin de m'enseigner l'art de démontrer des théorèmes des mathématiques ou physiques encore jamais démontrés. Mais à côté de mon hémophilie, tout ceci n'est rien. Étrangement, les médecins avaient découvert mon hémophilie précisément 9 ans après ma naissance, 9 années de trop d'après eux. Tous furent très surpris de savoir que malgré tous les visites médicales que j'avais faites dans ma petite enfance, personne n'avait remarqué que j'avais un problème de coagulation. Mais étrangement, cela ne me surpris pas le moins du monde. A neuf ans, je savais déjà que j'étais un garçon pas comme les autres ; et pour être honnête, je n'avais pas idée de ce qu'être hémophile allait apporter comme changements dans ma vie. J'étais jeune, innocent, et malade.




Chapter four ﬡ Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough. I don't know why keep making me laugh, let's go get high. The road is long, we carry on try to have fun in the meantime. Come and take a walk on the wild side. Let me kiss you hard in the pouring rain, you like your girls insane. Choose your last words, this is the last time because you and I, we were born to die. ҩ
Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ


12 ans.


Je vivais heureux à cette époque. Tout était presque parfait. Mais comme on ne planifie rien, il fallait que tout vienne s’écrouler. Et cela arriva. Alors que nous jouions Asher et moi, il a fallut que le ballon de la voisine aille sur la route et qu' Asher aille le chercher. Il a fallut que ce camion roule par ici, et qu' Asher passe sous ses roues. Oui, il fallait bien que ça arrive un jour ou l'autre. Mais, moi, je n'y étais pas préparé. Témoin de l'horrible scène, je ne m'étais pas dis que la merveilleuse relation que Asher et moi entretenions allait finir aussi vite, et de cette manière là. J'avais 12 ans. Douze petites années de vie sur Terre, parmi lesquelles uniquement trois rimaient avec joie de vivre. On m'avait dit pourtant que 13 était le nombre porte malheur ; j'aurai aimé que ce soit vrai. Oui, j'aurai aimé qu'il parte à mes treize ans, cela aurait fait une année de plus à ses côtés, 365 jours pendant lesquels je saurais qu'il était encore là.



ϟ I used to think the better way was to get away, chasing sunshine tryna put the leather away. When your wheel of fortune is just a letter away and the chick you been with, you tryna led her away . I got sunshine on my face but I'm not happy. I am so senseless, I lost all senses I'm telling you that Im not happy. I got my eyes so closed so I can see you. I got nothing If I dont have you. ϟ


« Nahyl ?
— Oui.
— C'est moi.
— Oui, okay.
— Je viens juste d'apprendre ... Je suis vraiment désolée !! C'est horrible.
— Oui.
— Tu tiens le coup ?
— Bah ... Oui.
— Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là, n'hésite pas Nahyl. Reste pas comme ça, tout seul.
— Oui, okay. Merci ... A plus. »




Les fleurs valent pour les yeux.
Mais les plus belles sont celles dont j'ai fleuri la mer pour honorer des morts. Et nul jamais ne les contemplera.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑





Cet accident me détruit la vie. J'étais toujours ce petit garçon aux airs d'ange, toujours présent pour aider les gens ou les écouter. Je n'étais pas rebelle, insolant ou colérique. J'étais le même, mais sans Asher. Et c'est là qu'était toute la différence.
Dans un premier temps, j'eus des tendances à vouloir me suicider, à mettre un terme à ma vie d'un seul coup. Mais c'était trop facile, beaucoup trop facile. Alors, dans un second temps, je basculai dans une envie de vengeance. Je voulais faire payer l'homme qui avait détruit la vie d' Asher et la mienne ; et jours après jours, cette envie devint une obsession. Secrètement, j’enquêtai, je fouillai, je cherchai toutes sortes d'informations au sujet du chauffard.

UC.



Chapter five ﬡ You see, I need some kind of lady that will feed me daily every time i come home she’ll be waiting for me. Because I've been thinking lately, that life alone is crazy, I wanna hold somebody when i sleep. Who's gonna be the one to save me? Will I ever settle down, all I do is run around. This is taking too long. Love is all I need, I’ve waited all my life. You got me on my best behaviour . ҩ
Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ Ѫ

18 ans



Quelques années plus tard, j'étais toujours le même, mais en pire. Accepté à Harvard, je ne voulais pas me mêler aux autres têtes d'ampoule et consacrer mon temps à résoudre des équations ou démontrer des théorèmes encore jamais démontrés. Je voulais être normal, pour une fois. C'est pourquoi, mes parents m'ont inscris à contre cœur dans un lycée local de San Diego, qui était parfait à mes yeux. Il était tout près d'où j'habitais, et la plupart des élèves étaient des résidents même de San Diego.

Alors que j'essayais de poursuivre une existence de lycée normal, la triste réalité me rattrapa.
Invité à une de ces fêtes étudiantes alcoolisés et surtout géniales, un mec me bouscula et je me pris une poignée de porte à la hanche. Le mec s'excusa bien longtemps, de peur de m'avoir fait mal. Ce n'était évidemment pas le cas, ce que je lui dis en essayant de le rassurer. Après chose faite, je courus à l'étage de la maison où se déroulait la fête et m'enfermai dans la salle de bains.
Ce n'était pas bien grave en tant normal, mais pas pour un hémophile. Le choc fut tel qu'un léger saignement commença à l'endroit de l’éraflure. Le problème était que je n'avais pas ramené le produit que je devais m'injecter dans ces cas là. J'étais screwed. Je me mis alors torse nu et baissai d'un petit centimètre mon boxer pour eviter de mettre du sang partout ; chose qui allait surement arriver si je ne faisais pas vite quelque chose. Mais c'était à ce moment précis qu'une fille entra subitemment dans la salle de bain, me voyant à moitié nu devant le miroir.
« OH! Pardon ! Je suis désolée, je ne pensais pas trouver ...
— Reviens ! Ce n'est rien ...
— Hum ... Ça va ?
Elle venait juste d’apercevoir le sang qui coulait de ma petite blessure et la moitié de mon torse rouge comme s'il était rempli d’hématomes. En s'approchant, elle posa sa main délicatement sur mon torse, l'air triste, plaintif et concerné. Elle repris
— Mais qu'est-ce qu'il t'arrive ? Comment t'es tu fais ça ?
— Rien, ne t'inquiète pas. Hum, tu veux utiliser la salle de bain ?
— Non non ... je .... Mais tu es sûr que tout va bien ? »
Je tombai alors sur le sol, à moitié assommé, avant même que ma réponse ne sortit de ma bouche. Et puis ce fut trou noir.
Quelques heures plus tard, je me réveillai à l’hôpital, sain et sauf. En vie. Je n'avais aucune idée de ce qu'il s'était passé, et surtout, comment je m'étais retrouvé à l’hôpital. Je me souvenais seulement de cette fille ; celle que j'avais vu juste avant de tomber inconscient, et ma première pensée fut pour elle. Si c'était elle qui m'avait amené à l’hôpital, il fallait la remercier. Si c'était elle qui m'avait sauvé la vie, il fallait la retrouver.





ϟ You can take everything I have. You can break everything I am like I'm made of glass, like I'm made of paper. Go on and try to tear me down. I will be rising from the ground like a skyscraper, yes, a skyscraper. ϟ

๑ ๑ ๑ ๑ ๑



19 ans.

UC


La vie n'est ni simple ni complexe, elle est.

Antoine de St Exupery, Citadelle (1948)








(c)Tumblr













Dernière édition par Arrenza Toyce le Dim 3 Juin - 1:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrenza Toyce
    I'm The Queen

avatar

Nombre de messages : 80
Age : 23
Date d'inscription : 15/06/2008

{.Starilicious*
*.Popularité:
89/100  (89/100)
*.Affinités :
*.Une déclaration ?:

MessageSujet: Re: Parrish   Sam 2 Juin - 21:45

NAHYL DËYAN WEBSTER
« LIFE IS EASIER THAN YOU'D THINK. ALL THAT IS NECESSARY IS TO ACCEPT THE IMPOSSIBLE, DO WITHOUT THE INDISPENSABLE, AND BEAR THE INTOLERABLE. »





    État Civil


    ;
    hhhjkkjkjjkkjkj


    HISTOIRE




•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arrenza Toyce
    I'm The Queen

avatar

Nombre de messages : 80
Age : 23
Date d'inscription : 15/06/2008

{.Starilicious*
*.Popularité:
89/100  (89/100)
*.Affinités :
*.Une déclaration ?:

MessageSujet: Re: Parrish   Sam 10 Nov - 3:02

Chapter two ﬡ L'amitié n'est pas nécessaire en soit, comme la philosophie, comme l'art ... Cela n'a pas de valeur ; et pourtant, c'est l'une des choses qui donne la peine de survivre. L'ami en l'homme est sa partie qui t'appartient et qui t'ouvre une porte qui jamais, peut être, ne sera ouverte par quelqu'un d'autre. Un tel ami est véritable, et tout ce qu'il dit est vrai, et il t'aime même s'il te détestait dans d'autres endroits de son cœur.
═══════════════════════════════════════════════════════






“ Friends are those rare people who ask how you are and then wait for the answer. „


9 ans

Un jour, je l'ai rencontré. Lui. Le meilleur ami que je n'ai jamais eu ; celui que je n'aurai jamais plus. Nous étions jeunes, oui, de pauvres gamins sans défense, et pourtant, notre relation était bien meilleure que celle d'une multitude d'adultes. Nous ne connaissions pas la définition de l'amitié; nous l'étions.
Comme à mon habitude, j'étais assis sur le banc, au parc le plus proche de chez moi. J'avais à l'époque seulement dix ans, mais avais facilement 20 ans d'âge mental. J'étais ce que l'on appelle un surdoué, j'avais un QI supérieur à la normal, surtout à mon âge. Mais je n'y faisais pas attention, et quand on m'avait annoncé la chose, je n'avais pas changé mes habitudes. C'est pourquoi, je suis revenu sur ce banc, dans ce parc, avec ce livre. Je le connaissais sans doute par cœur à force, mais je ne m'en lassai pas, et je ne comptais pas m'en lasser. A peine avait-je entamé pour la énième fois le premier chapitre du livre, qu'un garçon, noir de peau, vint s'asseoir à mes côtés et m'adressa la parole
« Salut. Je m'appelle Kyle. Tu t'appelles comment ? »
Bien que ce n'était pas dans mes habitudes de parler à des inconnus, même quand ceux-ci avaient mon âge, je répondis d'une manière assez naturelle et surprenante, puisque ma réponse fut directe.
« Bonjour. Moi, c'est Einiss Zael.
— C'est bizarre comme prénom !
— Je sais, mais bon, je suis pas très normal non plus tu sais.
— Ah bon pourquoi ? Tu es comme moi, tu as une bouche, deux yeux, deux oreilles ...
— Non mais pas physiquement. Je veux dire dans ma tête. La dedans, je suis différent.
— Ah ... Et c'est bien ? Tu aimes ça ?
Je me tus quelques instants. Si j'aimais ça, être différent ? Je ne m'étais jamais posé la question, et personne auparavant ne me l'avait posée. Je pris un moment pour réfléchir, faisant des allers retours entre mon livre et le petit garçon noir, enfin, Kyle. Je ne savais trop quoi répondre.
— Bah ... Pas vraiment. Mais j'y peux rien, malheureusement. »
Ça doit être triste quand même ... Enfin bon, moi je ne vois rien. Et tant que je vois rien, et bien je m'en fiche. Allez, viens jouer Einiss !
Il me tendit sa main droite ; la gauche tenant un ballon de football. Il voulait que je vienne jouer avec lui ? Personne ne m'avait proposé cela avant. Personne, Kyle était le premier. J'eus un moment d'hésitation, le temps de bien réaliser à quel point ce garçon était si différent de moi, physiquement, mais qu'au fond, il était le meilleur petit garçon que je n'avais jamais rencontré. Humainement parlant. Et ça, ça valait bien tous les livres du monde.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑


ϟ Écris à l'encre noir séchée, voilà les seuls mots qu'il me reste de toi. Ils ne sont pas de ton imagination ; tu n'en es pas le créateur, et pourtant, à chaque lecture de ce passage, je le lis comme si c'était toi qui avait écris ces mots. Je le lis comme si tu m'écoutais, comme si tu étais près de moi, comme si nous étions heureux ensemble. Tu t'en souviens, je m'en souviens, et le monde s'en souviendra. Crois moi, je ferai tout pour que ces mots restent dans leur mémoire ; je ferai tout pour qu'ils ne t'oublient pas. Pourquoi ? Car je ne veux pas être le seul à souffrir de ton absence ; car je suis incapable de vivre en étant le seul à t'aimer comme tu dois l'être. ϟ




— Ah ! je me réveille à peine... Je vous demande pardon... Je suis encore toute décoiffée...
Le petit prince, alors, ne put contenir son admiration.
— Que vous êtes belle !
— N'est-ce pas, répondit doucement la fleur. Et je suis née en même temps que le soleil ...
Le petit prince devina bien qu'elle n'était pas trop modeste, mais elle était si émouvante !
— C'est l'heure, je crois, du petit déjeuner, avait-elle bientôt ajouté, auriez-vous la bonté de penser à moi...
Et le petit prince, tout confus, ayant été chercher un arrosoir d'eau fraîche, avait servi la fleur. Ainsi l'avait-elle bien vite tourmenté par sa
vanité un peu ombrageuse. Un jour, par exemple, parlant de ses quatre épines, elle avait dit au petit prince :
— Ils peuvent venir, les tigres, avec leurs griffes !
— Il n'y a pas de tigres sur ma planète, avait objecté le petit prince, et puis les tigres ne mangent pas l'herbe.
— Je ne suis pas une herbe, avait doucement répondu la fleur.
— Pardonnez-moi...
— Je ne crains rien des tigres, mais j'ai horreur des courants d'air. Vous n'auriez pas un paravent ?
« Horreur des courants d'air... ce n'est pas de chance, pour une plante, avait remarqué le petit prince. Cette fleur est bien compliquée... »
— Le soir vous me mettrez sous globe. Il fait très froid chez vous. C'est mal installé. Là d'où je viens ...
|...] elle avait toussé deux ou trois fois, pour mettre le petit prince dans son tort :
— Ce paravent ?...
— J'allais le chercher mais vous me parliez !
Alors elle avait forcé sa toux pour lui infliger quand même des remords.
Ainsi le petit prince, malgré la bonne volonté de son amour, avait vite douté d'elle.
[...]
— Adieu, dit-il à la fleur. Mais elle ne lui répondit pas.
— Adieu, répéta-t-il.
La fleur toussa. Mais ce n'était pas à cause de son rhume.
— J'ai été sotte, lui dit-elle enfin. Je te demande pardon. Tâche d'être heureux.
Il fut surpris par l'absence de reproches. Il restait là tout déconcerté, le globe en l'air. Il ne comprenait pas cette douceur calme.
— Mais oui, je t'aime, lui dit la fleur. Tu n'en as rien su, par ma faute. Cela n'a aucune importance. Mais tu as été aussi sot que moi. Tâche d'être heureux... Laisse ce globe tranquille. Je n'en veux plus.
— [...] Sinon qui me rendra visite ? Tu seras loin, toi. Quant aux grosses bêtes, je ne crains rien. J'ai mes griffes.
Et elle montrait naïvement ses quatre épines. Puis elle ajouta :
— Ne traîne pas comme ça, c'est agaçant. Tu as décidé de partir. Va-t'en.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑



Chapter three ﬡ Don't make me sad, don't make me cry. Sometimes love is not enough and the road gets tough. I don't know why keep making me laugh, let's go get high. The road is long, we carry on try to have fun in the meantime. Come and take a walk on the wild side. Let me kiss you hard in the pouring rain, you like your girls insane. Choose your last words, this is the last time because you and I, we were born to die.
═══════════════════════════════════════════════════════






Je vivais heureux à cette époque. Tout était presque parfait. Mais comme on ne planifie rien, il fallait que tout vienne s’écrouler. Et cela arriva. Alors que nous jouions Kyle et moi, il a fallut que le ballon de la voisine aille sur la route et que Kyle aille le chercher. Il a fallut que ce camion roule par ici, et que Kyle passe sous ses roues. Oui, il fallait bien que ça arrive un jour ou l'autre. Mais, moi, je n'y étais pas préparé. Témoin de l'horrible scène, je ne m'étais pas dis que la merveilleuse relation que Kyle et moi entretenions allait finir aussi vite, et de cette manière là. J'avais 12 ans. Douze petites années de vie sur Terre, parmi lesquelles uniquement trois rimaient avec joie de vivre. On m'avait dit pourtant que 13 était le nombre porte malheur ; j'aurai aimé que ce soit vrai. Oui, j'aurai aimé qu'il parte à mes treize ans, cela aurait fait une année de plus à ses côtés, 365 jours pendant lesquels je saurais qu'il était encore là.



ϟ I used to think the better way was to get away, chasing sunshine tryna put the leather away. When your wheel of fortune is just a letter away and the chick you been with, you tryna led her away . I got sunshine on my face but I'm not happy. I am so senseless, I lost all senses I'm telling you that Im not happy. I got my eyes so closed so I can see you. I got nothing If I dont have you. ϟ




« Einiss ?
— Ouais.
— C'est moi.
— Ouais, okay.
— Je viens juste d'apprendre ... Je suis vraiment désolée !! C'est horrible.
— Ouais.
— Tu tiens le coup ?
— Bah ... Ouais.
— Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là, n'hésite pas Einiss. Reste pas comme ça, tout seul.
— Ouais, okay. Merci ... A plus. »




Cher Kyle,

Je suis désolé, je n'ai pas pu t'écrire plus tôt. Ta famille devait préparer ton enterrement, et je les ai aider évidemment. J'espère que tout était à ton goût, costume, cercueil, fleurs, discours ... J'ai écris le mien en pensant à la première que l'on s'est parlé. J'espère vraiment qu'il t'a plu. Dommage que tu ne pouvais pas voir de là où tu étais comme tu étais élégant ! Je n'avais jamais remarqué, mais le noir sur du blanc sur une peau marron, c'est vachement classe !
Je te laisse,
Niniss.





Les fleurs valent pour les yeux. Mais les plus belles sont celles dont j'ai fleuri la mer pour honorer des morts. Et nul jamais ne les contemplera.




Chapter four ﬡ I was runnin' into walls, wondering where I went wrong, headed for a fall, and flirting with the world too long. When love turned the tide, what was wrong has now turned out right. Everything is changed around. Things are looking different now. I'm losin' my mind ...
═══════════════════════════════════════════════════════



17 ans.


Et puis, j'eus cette accident. La mort de Kyle avait changé toute ma vie ; mais je dois dire que cet accident vint à l'encontre de toutes mes espérances à présent faites afin de réussir à vivre. A cause de cet accident, je perdis la mémoire ; enfin, un morceau de celle-ci. Je perdis alors le moindre souvenir de ma petite enfance, des livres que j'avais lu et relu, des cadeaux offerts par mes parents, les après midi au parc. Exceptés deux moments clés de ma vie; ceux qui sont énoncés plus haut. L'un représentait mon premier contact avec le genre féminin ; l'autre la rencontre avec mon ami Kyle, ou plutôt, mon frère. Après cette rencontre, je me souviens plus ou moins de certaines choses, comme la fois où mon père m'a interdit de revoir Kyle, et que je l'ai quand même fait. Enfin, je dis " à cause ", mais une partie de moi aimerait dire grâce. Au fond, avec cet accident, j'avais perdu mon QI très supérieur à la normale ; j'étais devenu normal. Et ça, croyez le ou non, c'était presque une bénédiction.



๑ ๑ ๑ ๑ ๑



Cher Kyle,

Voilà quelques temps que je ne t'ai pas écris, ce n'était pas intentionnel, crois moi. J'ai eu un accident il y a quelques temps, et j'ai perdu une grosse partie de ma mémoire. Je dis ça, car je me souviens de toi, du petit garçon noir que tu étais ; je me souviens t'avoir aimé énormément, et de n'avoir eu confiance qu'en toi. Mais ce qui est du reste, c'est encore le trou noir. On m'a annoncé de nouveau ta mort ; et je n'ai pas pu m'empêcher de pleurer. Personne n'a compris.
Einiss.





18 ans.


Avec les évènements précédents, j'ai changé. J'ai arrêté d'être le petit garçon sage, autrefois surdoué, celui qui n'ouvre jamais la bouche, qui ne se rebelle jamais. Dès que j'eus 18 ans, je profitai de cet accident pour fréquenter d'autres genres de personnes. Je ne fumais pas, ne buvais pas, ne couchait pas, mais j'avais besoin de rester avec eux, qui le faisaient. J'avais besoin de voir à quel point il était facile de s'amuser, de faire des bêtises qui seront plus tard nos meilleurs souvenirs. J'ai déconné, c'est vrai, de rester avec eux, mais j'avais besoin de changement. A New York, des gens comme cela se trouvaient à tous les coins de rue, et je les ai cherché, c'est vrai. Ils m'ont permis de forgé mon caractère, de me bâtir une personnalité qui était mienne et unique. Même si après, en grandissant, j'ai de nouveau changé, c'est avant tout grâce à eux que j'ai ouvert les yeux sur beaucoup de choses de la vie. Et pour cela, je les remercie.



Chapter five ﬡ You see, I need some kind of lady that will feed me daily every time i come home she’ll be waiting for me. Because I've been thinking lately, that life alone is crazy, I wanna hold somebody when i sleep. Who's gonna be the one to save me? Will I ever settle down, all I do is run around. This is taking too long. Love is all I need, I’ve waited all my life. You got me on my best behaviour .
═══════════════════════════════════════════════════════




21 ans.


Me voilà à présent seul, livré à moi même. J'ai beaucoup de chose à prouver à mon entourage, mais l'essentiel est ce que je me dois de prouver à moi même. Retiré loin de cette folie new yorkaise, mes intentions me sont bénéfiques au final. Je n'attends rien de personne. M'assurant de n'avoir rien oublié, ma valise prête et fermée sur mon lit, je vérifie une dernière fois mon placard, mes tiroirs. Je tombe alors, par hasard, sur une lettre. Une lettre que j'avais écrite avant ton décès, Kyle, avant que ma vie ne bascule. Ouvrant minutieusement le papier plié, je me mis au pied de ma fenêtre où la lumière claire et réchauffante du soleil me permettait de lire les quelques mots encore lisibles aujourd'hui :



Cher Kyle,
Merci pour tout. Merci d'être qui tu es, merci d'être là pour moi. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans toi, tu es mon meilleur ami, le seul en qui j'ai entièrement confiance. Tu es un donc du ciel, mon ami, et je ne t'oublierai jamais. J'espère qu'on sera amis tous les deux pendant encore très longtemps, et comme on se l'ait dit, ce serait cool si nos fils étaient amis comme nous le sommes. Merci, merci, et encore merci mon frère. Ne dis à personne que je te dis ça, mais Je t'aime. Comme un frère, comme un ami - pas comme un amoureux hein -. Merci encore d'exister. Je suis fier de t'avoir rencontré, mon frère.
Niniss




ϟ You can take everything I have. You can break everything I am like I'm made of glass, like I'm made of paper. Go on and try to tear me down. I will be rising from the ground like a skyscraper, yes, a skyscraper. ϟ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parrish   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parrish
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Their Lives, Our Show ! ™ :: « Truth Town, toute une histoire. » :: *.Little Roads.-
Sauter vers: